LE SILENCE Nous pouvons ignorer les années de chagrins/ labourant rudement nos tempes et visages/tant qu’en forêt nous trouvons/LE SILENCE /dans les chants d’oiseaux/dans les arbres et les fleurs/dans le murmure de la source /.../nous monterons aux sommets envahis d’étoiles/pour écouter LE SILENCE

LE SAGITTAIRE
Volume bibliophile illustré
Format A4, couverture gravée 15 poèmes accompagnés de 5 encres réalisés par le peintre-graveur Marc PESSIN
Editure Le verbe et l’empreinte Isère/2016
Epuisé


Simona MODREANU (Professeur universitaire, docteur en lettres, critique littéraire) : Les poèmes de Cornelia Petrescu reflètent des tensions contradictoires, tantôt vers une relation intime, profonde, avec la langue et le pays d’adoption, tantôt vers cette voix qui refuse de se taire, qui l’appelle du tréfonds de ses racines et qui n’est pas sans rappeler l’aveu d’un autre créateur roumain déraciné, Panaït Istrati : « Je suis venu dans les lettres françaises avec une âme roumaine, mais je dus lui prêter un masque français. Quand je tentai de rendre à cette âme son visage roumain, je ne le pouvais plus ; elle s'était éloignée avec un visage étranger…

J.P. GAVARD-PERRET (poète, critique littéraire) : …Comme le prouve son Sagittaire, l’écriture devient l’expression d’un monde intérieur mais aussi une forme d’illimitation et non pas de dépaysement d’un monde originaire. Le langage forain représente un pas au-delà par rapport à ce que l’œuvre serait restée dans sa langue maternelle. Ce transfert est donc important. Il permet la rupture d’un cerclage pour une formidable brèche...

Elena-Brânduşa STEICIUC (professeur universitaire, critique littéraire) : ...Les flèches de Cornelia Petrescu, une native de Bucovine établie depuis de nombreuses années au pied des Alpes, vont toucher certainement beaucoup de lecteurs à la recherche de la beauté des mots et de l’image. Son exemple de ténacité, son tiraillement entre deux langues et deux cultures ne peut pas nous laisser indifférents. Le Sagittaire, ce livre artisanal en tirage limité, précieux objet d’art, devrait générer également en Roumanie un intérêt pour cette alternative du livre de poésie.