LES ÉCORCE D’ORANGE
(106 pages)
Mon petit éditeur/2012
Couverture d'Oana Hrişcă
Prix variable Amazon ou Fnac , papier (12.17 €) ou livre numérique (epub), ou chez l'auteur


En partant d’un presque témoignage comme c’est le cas des nouvelles Les écorces d’orange et Touchez pas ! jusqu’à la fiction de Rêve de chien. Rêve d’homme, ce recueil de nouvelles montre que les thèmes d’inspiration des écrits de l’auteur sont très divers. Considérée par l’auteur la plus réussie parmi les cinq nouvelles du recueil et choisie comme titre du livre, Les écorces d’orange est aussi la plus dramatique. Le langage simple d’une paysanne moldave, dévoile un authentique et triste veçu  et l’atrocité d’un système qui anéantit l’être humain. Le fantastique et la métaphysique brodés autour d'un noyau de réel sont l'apanage des nouvelles Le parfum de frésia et Hypérion. Est-ce par ces deux nouvelle que l'auteur tente d'approcher du sillon laissé par Mircea ELIADE ? En changeant le paysage moldave en paysage savoyard, la nouvelle Touchez pas ! re mplace le moldave par du patois savoyard. Bien que le contenu de cette nouvelle est tout aussi dramatique, la fin laisse emerger l'espoir, laissant une empreinte d'optimisme sur la dernière page du recueil.

Simona MODREANU (professeur universitaire, critique littéraire) : deux aspects frappent tout de suite le lecteur. D’abord c’est la parfaite maîtrise de la plume narrative qui s’envole avec élégance et sobriété, poétique et subtile parmi des espaces, temps et thématiques diverses et complexes ; puis la profondeur de l’exploration psychologique des drames individuelles mais élevées au niveau de destin historique par l’universalité de la souffrance. Rien n’a des résonances artificielles, rien ne semble une improvisation...

Jacques ROGERRO (critique littéraire) … J'ai le plaisir de souligner une écriture parfaite, emplie de poésie ainsi que d'un remarquable sens de l'observation. Tout d'abord, Cornelia affirme une vraie propension à nous faire voyager au cœur de ce pays ami qu'est la Roumanie. Pays qui fort malheureusement a connu dans son histoire de douloureux tourments dont il n'y a pas lieu de parler ici. Toutefois, cette excellente jongleuse de mots autant que de phrases, nous offre là, à défaut d'une simple exactitude, une authentique vérité, tout au long de ses écrits. En effet, elle voit plus qu'elle ne regarde et, dans le prolongement de toutes ses actions, entend plutôt que de seulement écouter. C'est à la fois envoûtant, pathétique et parfois féroce...